13 décembre 2010

LE NOM DES GENS



Un film de gauche, c'est le moins qu'on puisse dire et c'est tout à fait réjouissant tellement la chose est rarement aussi annoncée à la surface. Bahia couche avec des hommes de droite pour qu'ils deviennent de gauche. Le filmage est pauvre mais le film contient mille idées tour à tour très drôle et très émouvante. Sara Forestier qui aurait pu avoir peur de rejouer une fille arabe après L'Esquive dont elle avait eu tant de mal à se défaire de l'image réussi sa prestation haut la main. A noté aussi la remarquable comédienne qui incarne la mère de Jacques Gamblin (un césar s'il vous plaît).

Vous avez lu les résumés partout j'espère, le film croise et raconte la rencontre de deux familles à l'histoire radicalement différente mais dont le nom et l'apparence des enfants n'en laisse rien paraître. Bahia est blanche, tout le monde pense qu'elle est brésilienne alors qu'elle est arabe, et Arthur Martin est juif mais personne ne le sait. En se rencontrant les deux personnages vont devoir affronter les tabous de leur histoire familiale.

Film hilarant et émouvant, le dosage de l'un et l'autre est parfait, et réussi à évoquer la grande Histoire à travers la petite sans être lourd, chose extrêmement difficile (par exemple Elle s'appelait Sarah) La confrontation des deux familles est aussi très drôle si on pense au ratage comme Il Reste du jambon qui confronte une famille catholique à une famille musulmane.

Le Nom des Gens étiqueté comme petit film sympa au filmage médiocre est pour moi très réussi. Les personnages sont remarquables et très touchants (Zinedine Zoualem le père de Bahia) et la caricature d'une gauche altruiste (Bahia ou sa mère) est hilarante.

1 commentaire:

JL a dit…

c'est dur,tu me donnes trop envie de voir ces films, et dans mon trou perdu c'est pas pour demain... cela dit j'aime bien venir te lire