14 avril 2008

ARCHEOLOGIE dans le METRO


A l'occasion du ravalement de ma station de métro, les travaux ont fait resurgir du passé des affiches publicitaires des années 60, comme Visitez Orly, ou autres.
Surprenant!!!


SOS: MORCEAU MYSTERE ??? SOS

Qui connaîtrai la musique que j'ai découvert sur le défilé Karl Lagerfeld, celle qui ouvre le show dans la vidéo ci dessous!!!!??????

9 avril 2008

REC:



REC: pour record, c'est la touche enregistrer sur une caméra, le titre annonce le programme, le film entier est un enregistrement vidéo (il faut comprendre que donc: tout est vrai!!!) et l'affiche la couleur: c'est un film d'horreur. Reprenant le célèbre principe de la K7 retrouvée qui avait fait le succès du Projet Blair Witch, Rec: est sur la même voie.


Une journaliste qui fait un reportage dans une caserne de pompier se retrouve dans un immeuble où des évènements paranormaux sont survenus et vont surprendre l'équipe de sauvetage qui a été appelé à la rescousse. Frissons garantis par un minimalisme dans la mise en scène, souvenez vous de la goutte dans le nez qui nous avait traumatisé dans Blair Witch.



L'argument vient justement du pré-supposé de départ: tout est vrai, si vous adhérer tant mieux pour vous sinon comme pour Cloverfield il y a quelques mois qui fonctionnait de la même manière vous trouverez cela grotesque. A la projection de Cloverfield, j'avais pu entendre la phrase hallucinante d'une spectatrice à la fin de la séance qui criait aux autres spectateurs "c'est nul tout le monde peut faire ça à la maison"; comme signe d'illusion réussie il n'y a pas mieux pourvu qu'on crie la même chose à la fin de REC!

FUNNY GAMES US de Michael Haneke




A savoir, Funny Games Us. de Michael Haneke est le remake de son propre film de 1997 en Hongrie. Un film jumeau destiné au public américain ou à ceux qui ont raté la première version, car le film est un copier-coller du premier. Mon père qui aurait vu ce film il y a dix ans serait capable ne pas s'apercevoir que ce ne sont pas les mêmes acteurs tant Haneke est fidèle à lui même. Même histoire, mêmes plans, même intensité chez les acteurs, même malaise chez le spectateur. Il faut donc diviser la critique en deux: ceux qui ont vu le premier et ceux qui vont le découvrir.

Pour les pionniers: la critique est la même que pour le premier film, c'est un film brillant! Le pitch: une famille qui arrive en villégiature dans leur maison au bord d'un lac se font prendre en otage et torturé par un couple d'adolescent sans mobile, par pure violence gratuite, par amusement. Haneke livre avec ce film une réflexion brillante sur la violence en nous soumettant les épreuves que cette famille va endurer et les conséquences de celle ci dans un environnement réaliste. En s'opposant au cinéma américain et aux médias qui banalisent la violence en la rendant inconséquente et graphique, cette fois ci la violence est là, gênante, gratuite, horrible, choquante: telle qu'elle devrait toujours être. Haneke n'est pas un pervers provocateur qui aime choquer la Croisette, et maltraiter ses personnages comme on serait tenter de le dire pour beaucoup de ses films il démontre avec brio sa position sur la violence quitte à laisse le spectateur avec un goût amer dans la bouche pendant quelques jours. Incluant le spectateur dans le système de la violence il fait réfléchir lourdement et pour le salut de tous!



Pour les natifs, une seconde vision est difficile, l'angoisse de la progression narrative tombe totalement à plat, le film toujours aussi gênant devient d'un ennui mortel. J'envie les puceaux qui vont découvrir ce film qui doit faire parti de mon top 10 de tout les temps. Ayant découvert l'original l'été dernier, l'effet miroir est plus que troublant et le changement d'acteurs me rappelait à tout instant que ce n'était qu'un film alors que le premier m'avait laissé la langue pendu pendant un bon mois. L'illusion que les acteurs ont été remplacé d'un coup de baguette magique casse justement cette magie, en reconstituant au fil près son premier film celui ci s'en retrouve décousu et perd son coté exceptionnel.

Alors, Pourquoi? tout simplement, pour ce qui ne l'ont pas vu ou oublié, pour que Haneke touche enfin le public américain en prenant Naomi Watts plus blonde et vulnérable que jamais pour la martyriser...et donc mieux les interpeller.


A découvrir absolument donc:
l'un OU l'autre!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Sarah Silverman

Sarah Silverman est la star comique en ce moment aux US pour sa vidéo "I'm fuck*** Matt Damon" notamment. Souvenez vous de sa parodie de Shakira en 2000, vous êtes peut être déjà tomber dessus sur YouTube. La plaisanterie est assez grasse mais percutante.


6 avril 2008

Club Sandwich: Le Bal Floral


Voice les photos de la dernière Club Sandwich à l'espace Pierre Cardin où l'on a dignement fêter le printemps.
Dans l'ordre Ali (la fleur géante) Aymeric, Nyl, deux amies, Bastien avec un corset, Christine avec des roses rouges.
Prosper en angelot...
















































































video

4 avril 2008

REBORN


La tour St Jacques renait plus blanche que jamais, après plusieurs
années dans une chaussette emmitouflée.


EXPO POUR JEUNES GENS MODERNE

C'est à la galarie Agnes B au 45 Rue Quinquanpoix, qu'à eu lieu hier soir le vernissage de cette nouvelle expo regroupant séries de photos, peintures , vidéo. Le buzz semble avoir eu lieu sur internet pour que l'évènement fasse foule de la sorte!







Coco Charlène sur la droite!!!



Coco Emilien sur là gauche, mon sac Agnes B
se réveille en sa demeure!!!!!!!

Spéciale Photo by Anne Ci-dessus




Avec Hélène Prince ex-Madison Girl


Le fashion-faux-pas de Anne ;)

2 avril 2008

THE DARJEELING LIMITED

Un des meilleurs films du mois de Mars avec Julia et There Will be Blood! est peut être bien celui-ci: le nouveau Wes Anderson, vous le connaissez surement depuis La Vie Aquatique, mais ce jeune réalisateur New Yorkais au minois d'adolescent, en est déjà a son cinquième film après Bottle Rocket, Rushmore et La Famille Tenenbaum. Certainement un des cinéastes américains les plus prometteurs de la jeune génération.

Le film est déjà sorti alors pourquoi en parler, tout simplement parce que c'est un coup de cœur et qu'il bien triste de voir couler des films comme Julia si vite au box office et qu'en ces temps de disettes pré-cannoise jetez vous plutôt sur ces films là que la ribambelle de daube populaire qui vous attendent.

En en croire Arnaud Despleschin qui a conseillé aux acteurs de son prochain film de visionner les films de Wes et qui animait la première du film au Cinéma des Cinéastes, Anderson est le génie américain; édité chez Criterion dès son deuxième film (la fameuse édition DVD qui prétend réconstituer La Pléiade en films) Anderson à construit en cinq films un univers cohérent, une troupe d'acteurs, un esprit narratif, un charme propre à ses films.

The Darjeeling Limited, prouve encore une fois la maitrise parfaite qu'entretient Anderson avec son art après le coup d'éclat de son dernier film.

C'est l'histoire de trois frères qui se retrouvent en Inde réunis par leur ainé pour un voyage spirituel de retrouvailles après la mort de leur père et qui vont voyager à bord d'un train le Darjeeling Limited, sans savoir qu'il partent à la rencontre de leur mère, exilée en bonne sœur dans un recoin perdu de l'Inde. La figure maternelle joué par Angelica Huston, si rare, objet de là quête comme dans le film précédent, inaccessible, éphémère est un délice qui vient fermer le film.
Sans tomber dans l'orientalisme qui viendrait épicer la vie des héros Anderson dans cette histoire à la trame limpide, teintée de beaucoup d'humour rend hommage à ses inspirateurs Satrajit Ray et Renoir dans ce périple en Inde au saveurs originales.

Le génie de Wes est de ne pas se poser la question entre réalisme et romantisme expliquait Despleschin, tout en étant dans un décors réaliste et dure (l'Inde) ses personnages vivent des intrigues romanesques. Selon moi c'est ce qui rend ses films si agréables, ce sont des fantaisies réaliste où l'on se laisse complètement emporter. laissez vous y aussi.


A savoir le film est précédé d'un court métrage (un prologue) à Paris avec Natalie Portman.


MY FIRST BIG SHOW



Mon premier gros défilé pour l'agence Charlestown, en Janvier dernier Chanel Haute Couture au Grand Palais!

I Love Margaret Cho

It's pretty gross but I love her, she's a friend of Gregg Araki as well, CQFD!